Rechercher
  • Rage Girl

Fini la dopamine, rentrez chez vous.

Dernière mise à jour : 17 oct. 2020


Quelle période de merde ! Le moral des gens ne vole pas haut et pour cause. Malgré beaucoup d’efforts, la putain de fucking Covid sa mère est toujours là. Mais à qui la faute ? Évidemment, tout le monde se montre du doigt. Encore une belle démonstration de notre formidable solidarité.

Depuis des mois, on nage dans le flou, et visiblement tout est fait pour que nous y restions.

En septembre, les activités loisirs ont repris, pour notre plus grand bonheur. Chacun y a cherché le réconfort, l’émulsion qui manquait à sa vie. Perso, j’avais grave le smile ! Mes élèves avaient les larmes aux yeux de se retrouver enfin, autour de leur activité favorite. Et là, BAM ! Au bout de 2 semaines, fermeture des activités physiques, des bars, interdiction de rassemblement, et depuis hier, couvre-feu à 21 h. Fini la dopamine, on est puni. Mais seulement nous, les adultes.

On sent bien que les pelos qui nous gouvernent, pondent de nouvelles directives un peu au hasard, tentant maladroitement de forcer les gens à continuer de travailler pour préserver l’économie du pays, mais lui interdire toute forme de divertissement (parce qu'au fond, ils s’en foutent). Pourtant, j’ai vu les salles de sport s’organiser au mieux pour répondre aux normes sanitaires ; mes collègues professeurs de danse déployer des efforts considérables pour continuer à enseigner ; et je ne parle même pas des restos, bars et petits commerces. Moi-même, j'ai trouvé des solutions pour rassurer mes élèves et maintenir le lien. Honnêtement, je nous admire, nous, citoyens. Nous sommes d’une formidable adaptabilité... Tellement conditionnables (soupir). Les directives gouvernementales changent chaque semaine, et chaque semaine nous nous réinventons, nous nous adaptons aux interdictions débiles que nous subissons. C’est stressant, mais surtout épuisant. Au fond, je pense qu’on veut nous casser, nous briser. On a trop de rêves, de volonté de lutter et d’espérance. Quelles meilleures conditions pour nos dirigeants, que de gouverner un peuple résilient ? Un peuple tellement fatigué qu’il ne pense plus, et ne lutte plus. C’est triste. Je ne développerais même pas sur la culture qui se meurt doucement, contribuant à l'arrêt de la pensée. Sans compter la frustration, l’incompréhension, et cette petite sensation désagréable d’être vraiment pris pour des cons.

En mars 2020, c’étaient les écoles qui fermaient en premier, car l’enfant était un pestiféré vecteur de maladie, et aujourd’hui, la menace, c’est l’adulte ; mais juste l’adulte qui cherche à prendre soin de son corps et de sa santé. Ce sont quand même les activités permettant de renforcer le corps et les défenses immunitaires qui ont été sanctionnées. Wouah! Ils se sont surpassés dans la connerie là ! On lutte contre un virus ou pour encourager la dépression et la vulnérabilité aux microbes. Non mais c’est bien, affaiblissons-nous. Comme ça les hôpitaux auront encooore plus de monde à accueillir. Eux qui ne foutent rien, ça leur apprendra à réclamer de meilleures conditions de travail. Raaaaah ! J’ai la rage !!






60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout